TFE · L’inclusivité sur le Web — Premiers retours

Le travail de fin d’année, souvent appelé par son acronyme, avait débuté il y a quelques semaines déjà lorsque nous dûmes présenter, devant les professeur·e·s et les autres étudiant·e·s de l’option, le concept, l’idée sur laquelle nous voulions travailler. Ce rapport, qui est avant tout une trace écrite des événements, raconte aussi l’influence que cette présentation aura sur mes recherches futures.

INCLUSIVITÉ SUR LE WEB

Avant de vous expliquer comment s’est déroulé ladite présentation, laissez-moi vous situer son contexte.

J’avais comme idée pour mon TFE d’effectuer des recherches sur l’inclusivité sur Internet, et plus précisément sur l’emploi de l’écriture inclusive sur le web francophone. Cette étude me permettrait de comprendre pourquoi une certaine quantité d’internautes décident volontairement d’employer (ou non) cette philosophie d’écriture lorsqu’ils communiquent en ligne, afin de déceler une manière d’inviter davantage de personnes (qui ne sont pas directement concerné·e·s par cette écriture) à en adopter une forme, quelle qu’elle soit, comme par exemple l’usage de la double flexion (“toutes et tous”) pour indiquer les deux genres grammaticaux (qui d’ailleurs, ne représente pas l’entièreté des genres auxquels une personne puisse s’identifier), ou encore l’emploi de noms ou d’adjectifs néologiques (“autrice”, “heureuxse”, ou encore “belleau”).

C’est donc dans ce courant de pensée que je réaliserai mes premières recherches, ainsi que mon étude de terrain notamment à l’aide d’un formulaire (que vous pouvez retrouver en cliquant ici) dont le nombre de réponses doublera presque celui que j’obtins pour mon formulaire de l’année dernière. Je m’attarderai ensuite sur mes slides de présentations, qui présenteraient les différentes pistes que j’avais envisagées, mes différentes sources inspirations les plus notables, ainsi que l’aspect visuel général que je visais plus ou moins avec ce projet, ancré notamment dans la typographie et le jeu des lettres.

Vous pouvez retrouver mes slides, ainsi que mon script, sur les deux liens ci-dessous.

LE MOMENT CLEF

Quelques jours plus tard, le moment fatidique fut enfin arrivé et tout·e·s les étudiant·e·s de l’option durent présenter le projet en quelques courtes phrases, dont les retours de la part des professeur·e·s les propulseraient dans la bonne direction pour la suite de leurs projets respectifs.

Concernant les retours que j’obtins suite à ma présentation, ces derniers furent positifs, peu nombreux, mais assez variés : d’un côté, les professeur·e·s m’annoncèrent que les pistes que j’avais envisagées étaient très larges et vagues et qu’il fallait que j’en choisisse une ou l’autre, que je la décortique pour ensuite en développer le concept ; d’un autre côté, je pouvais tout aussi bien mélanger les idées, et par exemple avoir une partie narrative dans l’outil de modification d’articles, ce qui pourrait avoir comme effet de sensibiliser et d’attirer davantage de monde à utiliser l’outil que je comptais proposer (si cela était la piste pour laquelle j’allais opter, bien sûr).

Mais la remarque qui résonna le plus en moi, aussi anodine fut-elle sur le moment, était celle de M. Thronte, qui, lorsque je lui expliquai que je dépendais de l’avis des formulaires pour moi avancer, me répondit : “Le TFE, c’est aussi ton projet à toi, c’est à toi de choisir ce que tu veux faire.” (à noter qu’il ne s’agit pas d’une retranscription exacte).

Quoi qu’il en soit, d’un point de vue général, les remarques faites à l’égard de mon projet étaient toutes positives, porteuses de courage et de bonne volonté, que j’entraînerai avec moi jusqu’à la fin de l’année.

LES CONCLUSIONS QUE J’EN TIRE

Aussitôt la présentation fut-elle terminée que je réalisai déjà les conséquences qu’elle allait engendrer. Je commencerai par décortiquer les pistes de mon choix afin de les simplifier en Top Tasks / Tiny Tasks et d’en déterminer certaines combinaisons pertinentes et intéressantes dans la mesure du possible.

Je comptais également analyser les résultats du formulaire et faire des choix en fonction de ceux-ci, mais il ne fallait pas que j’oublie à présent qu’il s’agissait de mon projet avant tout et que j’en étais le seul responsable, et qu’il était donc à moi d’en faire ce que j’en voulais. Le formulaire deviendrait ainsi parallèle à mon avis, et m’aiderait à guider mes choix dans la direction étant la plus pertinente, sans pour autant les diriger la tête baissée vers une piste qui serait moins intéressante ou plus contraignante pour moi.

Maintenant que le projet est officiellement lancé, je pouvais commencer à travailler librement et plonger directement dans le vif du sujet. Je pense, à l’heure d’écriture, savoir vers quelle piste me diriger, et j’ai très hâte de voir où tout cela va me mener.

Les différents liens :

Student in Web Design who enjoys typography and accessible interfaces.

Student in Web Design who enjoys typography and accessible interfaces.